La Semaine de la solidarité internationale

Vous êtes ici : Accueil > Monter une action > Boîte à outils d'animation > Fiche pratique : « Animations sur les retours de voyages de jeunes »

  Fiche pratique : « Animations sur les retours de voyages de jeunes »  

Fiche pratique : « Animations sur les retours de voyages de jeunes »

Saisir l’opportunité de la Semaine pour donner la parole à ceux qui viennent de mettre un pied dans la solidarité internationale, telle est l’ambition de plusieurs animations organisées avec des jeunes. Cette fiche permet de monter une action valorisant la parole et mettant en scène de jeunes voyageurs solidaires. Comment organiser une animation sur la thématique « je reviens du monde» ?

Cette fiche a été rédigée par Marion Ducasse de Pays de Savoie Solidaires.

 

Les ingrédients

Les jeunes organisateurs

L’animation est portée par des jeunes adultes (entre 15 et 30 ans), en groupe ou individuels.
La condition de leur participation à cette animation est qu’ils aient réalisé une première expérience de voyage solidaire (chantier, itinérance, reportage, soutien à une association d’aide au développement, etc…) : ces voyages peuvent aller de quelques semaines à plusieurs mois.

Des structures d’accompagnement des jeunes

Les structures d’accompagnement sont indispensables, car ce sont elles qui connaissent les jeunes voyageurs sur un territoire donné. Elles ont plusieurs types de relations avec les jeunes :
- accompagnement méthodologique en montage de projet
- formation
- financement
- accompagnement technique en solidarité internationale…

Elles peuvent apporter la dimension collective à l’animation et donner une ampleur territoriale (commune, département, région…) au projet.

Ces structures sont :
- Les Centres sociaux, MJC, Foyers et espaces Jeunes
- Les collectivités territoriales (politique jeunesse et/ou partenariats de coopération décentralisée et/ou dispositifs de soutiens à l’éducation au développement)
- Les associations de solidarité internationale spécialisée dans l’accompagnement de projet, la formation au départ…
- Les services de l’Etat : Ministère de la Jeunesse et des Sports…

Des partenaires techniques

Si les structures d’accompagnement des jeunes ne disposent pas de ces ressources, les partenaires techniques sont indispensables à la réalisation concrète d’une animation d’ampleur :
- Les collectivités territoriales, en particulier les mairies (prêt de salle, prêt de matériel…)
- Les universités…

  Des partenaires artistiques

L’animation gagne en attractivité et en interactivité avec une pointe de créativité artistique. Si les projets portés par les jeunes ne comprennent pas de dimension artistique à part entière (cirque, théâtre, musique…), des artistes peuvent être associés à la préparation de l’animation. Dans ce cas, la règle pour eux : ne pas présenter leurs prestations, mais stimuler la créativité des jeunes pour une mise en scène, mise en mot des voyages solidaires :
- Metteurs en scènes
- Graphistes, Peintres (happening, réalisation de fresques…)
- Slameurs, conteurs, écrivains
- Compagnies de théâtre interactif…

 Sur tous ces aspects créatifs, les artistes sont invités à accompagner les jeunes en proposant des idées de mises en scène, de décors, de productions, et en en facilitant la réalisation technique. Il est donc souhaitable de les associer dès la phase de relecture avec les jeunes, ou au moins durant les séances de préparation qui suivent, afin qu’ils s’imprègnent des messages des jeunes et de leur état d’esprit.
Un public !

Si les animations sont de qualité, le lieu doit l’être également ! Il est souhaitable de privilégier des lieux ouverts au public, agréables, conviviaux, voire prestigieux.

Si l’animation a lieu dans un centre social ou un site plus modeste, privilégier une bonne communication par le bouche à oreille, entre jeunes. Une affiche spéciale pour la soirée peut également être envisagée, avec un visuel et une stratégie de communication « spéciale jeune ». En tous cas, la convivialité du lieu doit être travaillée, car elle est à la base des échanges qui vont s’y dérouler.

 

 Mettre en place de tels partenariats suppose de prendre le temps. Les objectifs des structures engagées dans l’animation doivent converger, afin de ménager une bonne lisibilité de l’intention. Des temps de préparation et de calage, entre structures sont indispensables ! Exemple : Si les jeunes et leurs projets sont placés au centre de la soirée, il ne s’agit donc pas pour les institutions de communiquer sur elles-mêmes, ou dans une proportion mesurée

 

L’animation : c’est le résultat d’un parcours pédagogique proposé aux jeunes

Réalisation d’un projet solidaire : calendrier sur l’année

L’accompagnement des jeunes voyageurs solidaires repose sur 4 étapes, qui permettent de mener à bien le projet d’animation de la Semaine :
- Des rencontres pour la préparation du projet de voyage (aide au montage de projet, recherche de financements…)
- Stage de préparation à la rencontre interculturelle (2 jours) – au printemps
- Stage de relecture du voyage réalisé (2 jours) – à l’automne
- Préparation et réalisation de l’animation pendant la Semaine

Ces activités sont proposées aux jeunes sur la base du volontariat, et sont réalisées par les structures d’accompagnement précitées.

Le retour de voyage : une étape sensible à aborder avec soin !

Nous vous proposons de détailler une des étapes de ce parcours, qui représente un outil indispensable à la réalisation de l’animation. Il s’agit du temps consacré à la relecture, au débriefing du voyage réalisé. Ils sont organisés sous la forme de WE où plusieurs jeunes ou groupes de jeunes sont réunis durant deux jours.

Ces stages ont plusieurs objectifs :

  • Que les jeunes prennent individuellement le temps d’un bilan personnel : ce qui m’a plu, ce qui m’a déplu, ce qui m’a choqué…
  • Que de ce bilan puisse être proposé des outils pour analyser leur vécu : étape de la compréhension, du lien nécessaire entre leur vécu et un contexte social, économique, culturel et politique plus global.
  • Que les jeunes parviennent, in fine, à définir les messages qu’ils souhaitent faire passer autour d’eux (2 ou 3 idées clés).

C’est sur la base de ce processus que l’on parvient à passer du récit de voyage linéaire à un témoignage personnel, basé sur du vécu, des émotions, qui interpelle davantage le public.

 Ce parcours pédagogique n’est pas prévu pour « faire du zèle ». L’expérience des acteurs locaux montre que des témoignages de jeunes « non préparés » sont parfois contre productifs vis-à-vis du public. Les jeunes (et les moins jeunes !) peuvent renforcer des clichés sur les pays du Sud, avoir un discours erroné sur ce qu’ils ont vécu s’ils n’ont pas pris le temps nécessaire de l’analyse à leur retour. Prendre conscience de ces préjugés et confronter son expérience à celle d’autres personnes permet de prendre le recul nécessaire à la préparation d’une restitution publique.

 

Des clés pour des animations attractives, sensorielles et participatives

De ce processus de relecture, émerge donc plusieurs messages clés, des émotions fortes, des envies de faire partager tels ressentis, telle analyse, etc… C’est à partir de ces éléments que peut se construire l’animation. A condition de ne pas retomber dans des formats classiques de restitution, stand avec deux panneaux de présentation du projet…: à message percutant, animation percutante !

 

soirée etudiante besancon (13).jpg

Les jeunes sont au centre de l’animation

Un des fils rouge est de proposer aux jeunes de se mettre en scène, ou de mettre en scène leur vécu, sous l’angle « ce que cette expérience a changé dans ma vie, ce que j’ai envie d’en dire… ». Le projet en lui-même (la destination ou l’itinéraire, les réalisations techniques, les financements, etc…) vient en second plan.

L’idée centrale est donc de mettre en scène des « citoyens du monde ». Le message vis-à-vis du public repose sur l’état d’esprit, les prises de consciences générées par le voyage, et non pas exclusivement sur les réalisations solidaires.

Utilisez les 5 sens

Pour cheminer du ressenti à l’analyse, les animations autour des 5 sens sont fort utiles. Elles constituent l’accroche avec le public. Si on parvient à toucher le public, il viendra échanger avec les jeunes : la discussion s’amorce, et le dialogue peut démarrer.

Les animations sont nombreuses pour sensibiliser au travers des cinq sens. Voilà quelques idées :
- Des parcours sonores
- Des découvertes gustatives, des odeurs, et des épices inconnues…
- Mini-expo de graines, d’étoffes, d’objets personnels, recréation d’ambiances
- Messages écrits dispatchés dans la salle, des petites phrases, des cartes postales pendues au plafond…
- Une salle diaporama où on en prend plein les yeux !…

Inciter au dialogue entre les jeunes et le public

Le contenu de l’animation se déroule donc dans la phase d’échange entre les jeunes et le public. Si l’on souhaite éviter des discours formels devant un public passif, on privilégie des espaces de paroles et d’échanges privilégiés, qui permettent aux jeunes d’aborder les messages qui leur tiennent à cœur.

Par exemple :
- Réalisation de courtes saynètes de théâtre action pour introduire un sujet
- Ateliers d’écritures, Atelier slam… (pouvant aboutir à une publication)
- Mise en place d’espaces privilégiés de discussion… (coins aménagés autour d’une tasse de thé, ambiance feutrée, petits espaces intimistes…)

Et pourquoi pas aussi ?
- Réserver l’animation aux familles et amis des jeunes, dans un cadre plus intimiste qui permet de pousser l’échange un peu plus loin ?
- Monter ces animations avec des « moins jeunes », bénévoles d’associations de solidarité internationale, touristes ayant voyagé avec des organismes de tourisme solidaire, routards…

Exemple en vidéo : la soirée "En revenant du monde"


Voyage solidaire pour quoi faire ?
envoyé par Savoie-actu. - Voyage et découverte en vidéo.

 

EN PRATIQUE : des outils, des structures ressources…

Outils pédagogiques :
- Un visa pour le voyage, Cahiers pédagogiques pour préparer des jeunes à un voyage solidaires, CCFD
- Expositions et Guide RITIMO : « Partir pour être solidaire », « Vacances j’oublie tout »

Identifier les structures ressources sur votre territoire :
- Les coordinations associatives et réseaux multiacteurs de solidarité internationale en régions : voir les principaux acteurs de la Semaine (CASI….)
- Les Centres RITIMO

Les contacts des structures ayant déjà réalisé ce type d’animation :
- RECIDEV à Besançon
- ADOS à Valence, contact : Norig Le Goarant
- Maison des Citoyens du Monde à Nantes
- Cooleurs du Monde à Bassens (33), contact : Isabelle Wackenier Brustis
- RéZo Jeunesse et Solidarité internationale en Savoie, contact : Yannick Billard

Boîte à outils d'animation
Des quiz pour interpeller
Et pourquoi pas des jeux vidéos ?
Mises en scène pendant la Semaine !
Le Web documentaire
Travailler en collectif : pourquoi ? comment ?
Le film comme outil de sensibilisation
Fiche pratique : « Animations sur les retours de voyages de jeunes »
Un exemple d'outil pour le public : le livret de l'engagement
Construire et communiquer sur son programme
Concours et appels à projets
Près de chez moi
  • Imprimer
  • Envoyer a un ami
  • Partager
    • Plus